lundi, mai 28, 2007

On s'emmêle.

C'était comme si la brume ne s'apprêtait pas à nous détruire. C'était comme un mensonge qu'on continuerait d'ignorer. Tout finira par s'envoler, le bois craquera sous le poids du vent, le vent de l'Est paraîtra-t-il. La peur rongerait les ventres déjà bien abîmés, mais personne n'en saurait rien. Il ne s'agit pas de faire parler le Vrai, incapacité grandissante. Il s'agit de reprendre des marques, il s'agit de les réinventer au fil de l'eau. C'était comme si j'étouffais de ne pas être serrée assez fort. On glissera entre leurs coups, ou pas. A l'abordage.

7 Comments:

Anonymous Juju le Pirate said...

Cool, un nouveau blog, enfin nouveau, t'aurais quand meme pu changer la déco, ça change tout un monde ça !

mai 28, 2007 11:31 AM  
Blogger Ethanol said...

Cette cruelle habitude de souffler sabordage quand ils hurlaient d'abordage

Je te suivrai partout, même en simca

mai 28, 2007 12:51 PM  
Anonymous Ichigo said...

Merci jeune fille des mers... =)

mai 28, 2007 1:14 PM  
Anonymous Perdu en mer.. said...

J'crois qu'j'coule complètement, qu'elle m'a abandonné en pleine traversée... Je sombre... Comme si on pouvait jamais s'en sortir..

juin 15, 2007 12:46 PM  
Anonymous Capitaine Ju said...

Et puis change moi cette bannière petite ! Et aussi largue les amarres et tout ça !

juin 17, 2007 1:53 PM  
Anonymous Aile said...

juste un mot. parce que j'aime beaucoup cette phrase "C'était comme si j'étouffais de ne pas être serrée assez fort."

juin 20, 2007 12:59 AM  
Blogger Quelqu'un d'autre said...

Aile > merci mademoiselle. je ne sais pas où te trouver mais merci.

juin 28, 2007 10:25 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home