mercredi, août 01, 2007

Abus.

Il y aura de l’intense. De l’intense, puis de l’abstrait. Vulgairement étalés sur les miroirs que nos poings auront envisagé de briser, laissant la place aux larmes, alors on écrira plutôt la suite, vulgairement étalés sur nos miroirs embués, point. Il y aura du presque éternel, si suffisamment longtemps nos yeux se ferment et s’illusionnent, si suffisamment fort à vrai dire, pourquoi ne pas refabriquer les mêmes poupées les yeux fermés.

Il y aura les planches, de celles qui craquent d’avoir trop peu servi avant de prendre l’eau, d’avoir trop peu senti tanguer les matelots ivres valsant au port avant de subir malgré elles les tempêtes du plein océan. Mais au bout de nos doigts, le dangereusement chronique aura choisi de s’entasser jusqu’à l’automne, et s’il ne tombait pas avec les feuilles, virgule comment le sentir craquer lui aussi sous nos pieds. Les doubles fenêtres s’obstinent, fenêtres ouvertes sur nos inconscients bien plus maladifs que ce que le mode d’emploi nous avait laissé croire.

L’entre-deux d’une situation cassée d’embruns, vaguement dramatique et moyennement durable, absolument critique en vérité. Rayer tant bien que mal les depuis quand oui mais jusqu’où mais tu sais bien petit, on refuse de savoir. Comme si notre froideur presque instinctive allait servir à quelque chose. Mais pourquoi faire en sorte que tout crisse aux alentours, quand même les plus amoraux finissent par tomber là, dessous, à côté de nos cendres.

Les fonds de cale n’étaient qu’histoires de point de vue, regarde un peu comme l’inachevé nous torture, regarde comme il se dresse contre le vent de ceux qui, pause. A croire que l’artistique achèvera d’éteindre nos yeux déjà transis de solitude. On court contre les incidents émotionnels, on court tant bien que mal mais au bout du vertige que faire, où cacher nos sentiments déchirants, ceux qu’ils se sont par la suite amusés à déchirer. Il ne restera que la prose, celle qui n’en sera même plus. Dévoilement pathétique de tout ce que l’on est encore capable de ressentir, et même plus tout à fait capable d’écrire.

4 Comments:

Anonymous grob said...

"L’entre-deux d’une situation cassée d’embruns " : que le vague à l'âme ne t'emporte pas trop loin d'une autre moitié ^^

août 02, 2007 11:52 AM  
Anonymous Cécile said...

"Comme si notre froideur presque instinctive allait servir à quelque chose."
en somme une note sublime pour le retour de papy...

août 02, 2007 1:10 PM  
Blogger Retromance said...

non en fait c'est sans doute la dernière phrase que je préfère.
Tu sais je me dis, tu devrais faire une note pour chacune de tes phrases.

août 02, 2007 1:11 PM  
Anonymous Ju said...

Les commentaires ont l'air fade en bas d'une telle note. Je t'embrasse. Il reste bien que ça. Et encore.

août 02, 2007 4:25 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home