dimanche, août 17, 2008

Il faut apprivoiser la tendresse, ne pas la laisser s'échapper entre deux cigarettes, entre deux heures du milieu de la nuit. Il faut s'endormir au creux de leurs bras pour espérer ne pas se réveiller ailleurs. Ne pas entrouvrir les yeux lorsque le soleil traverse les volets et que le bruit de la pendule se fait de plus en plus envahissant. Il faut compter sur les gestes, sur les mains qui s'emmêlent, la suite importera si peu. Il faut s'imprimer leur attention au fond du ventre, l'imprimer pour ne pas qu'elle tente de s'enfuir. L'attention en première ligne, les regards brillants que l'on ne reverra peut-être pas, lorsque ça brille on s'impressionne. Facile. Il faut apprivoiser la tendresse et la garder le plus longtemps possible sur la langue, elle nous empêchera certainement de trébucher sur la dureté qui s'ensuivra.

5 Comments:

Anonymous nullepart said...

J'aime ta tendresse petite fille. Et je les aime tes mots. Ils sont sublimes. Ils te ressemblent. ça me console un peu de l'absence. J'aurai aimé être le renard tu sais, et toi le petit(e) prince(sse), et je te jure, je me serai laissée apprivoisée. Il y a juste de la tendresse.

août 18, 2008 8:51 PM  
Anonymous Matt. said...

Ou elle ne rendra la dureté que plus amer. Comme une sensation aride, empreinte de la nostalgie d'une époque de tendresse.

août 23, 2008 10:25 PM  
Blogger M'aime que said...

Matt > La vérité c'est que tu as raison. Bien sûr.

août 23, 2008 10:50 PM  
Anonymous Anonyme said...

Justine, tu te focalises sur les mauvais commentaires, la dureté n'est que l'illusion de l'oubli qui nait.

août 24, 2008 4:24 AM  
Anonymous BlueJam said...

Cette tendresse précieuse qui nous manque parfois, que l'on oublie de voir, de donner, que l'on ne sait plus très bien recevoir non plus.
Tu as raison, la tendresse est une arme pour se défendre contre l'avenir.
J'aime ce texte, il est beau et pur, as usual ;-)

août 29, 2008 11:54 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home