mercredi, septembre 17, 2008

je mens


une balle dans les yeux et le reste essentiel, j'suis tout en bas d'un escalier qui ne tourne pas rond

baisse ton regard jeune homme je suis dessous, sous terre mais pas vraiment c'est optique c'est, illusion tu connais
non
y'a pas d'introduction à chaque fois, non plus, c'est du ressenti du grandiose comprends-tu on cautionne pas la, sélection,
ici comme ailleurs, ailleurs c'est en-dessous soyons clairs
mes paupières ne demandent qu'à ciller un peu plus vite et l'hiver a besoin de
vos bras
implacables impalpables une balle dans les yeux je vois, parfaitement, pourtant
j'absente
je ne suis pas dupe de moi-même et
ça dissimule tant que ça peut jusqu'au jour où,
et l'explosion.

Edit.
Depuis le temps que j'attendais la pluie, l'orage a rappliqué sévère entre trois et quatre heures de l'après-midi, un orage à boire du thé sous une couette en regardant par la fenêtre au cas où les éclairs réussiraient à flinguer quelques oiseaux. Je ne sais pas si le temps gris et peu sensationnel du jour est censé nous présenter l'automne, mais si c'est le cas c'est pas mal vu, à vrai dire on se met bien dans l'ambiance direct, enchantée, l'automne.
Bien sûr je suis comme vous, le vent sur les feuilles mortes, toutes ces conneries qui alimenteront notre prose minable pendant les deux mois à venir, d'accord. Mais en attendant, il n'y a rien de tout cela. Il y a la pluie, le gris, le gris, le gris, et je n'y vois personnellement rien de marquant rien à, sublimer. Alors plutôt que de la jouer sensible à la moindre goutte de pluie sur le bitume, je vais faire comme dans la chanson et rester planquée dans la salle de bain, pour le cas où l'eau qui coule, la douche, froide puis brûlante voyez-vous, serait source d'inspiration. Pas évident, l'concept.

8 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Désolée encore pour l'anonymat, il est toujours pas volontaire hein, mais c'est-à-dire que. Bon, un jour je trouverai moyen de dire "hey c'était moi !". Promis.
En attendant... je te trouve un peu sévère avec toi, dans ton edit.
Mais le pire dans toute cette flotte, je trouve que c'est quand même qu'elle ne lave rien. Ca ne part pas, décidément.
et bon courage à toi.

septembre 18, 2008 6:27 PM  
Blogger maime-que said...

pas volontaire ? il suffit pourtant de signer, il me semble.

septembre 18, 2008 6:36 PM  
Anonymous BLue Jam said...

J'espère que vous trouverez l'inspiration dans votre salle de bain.
Parce que les feuilles mortes ok c'est minable, mais si en plus on ne peut plus vous lire, l'automne sera encore plus minable.

septembre 18, 2008 7:04 PM  
Blogger maime-que said...

Le vouvoiement, est-il nouveau ? Ou alors, je n'y avais jamais prêté attention, mais il sonne franchement bizarre, il m'intimide, voilà. En tout cas merci beaucoup, à défaut de trouver l'inspiration je souris, dans la salle de bain.

septembre 18, 2008 8:35 PM  
Anonymous Lo said...

Pas évident l'concept ^^
Pas évident, mais à expérimenter.

septembre 19, 2008 12:05 PM  
Anonymous BLue Jam said...

Oups !! Oui c'est nouveau mais je ne sais pas pourquoi ! Un moment d'absence ! C'est tout moi ça !!
Je reprends le tutoiement, je te promets ;-)

septembre 19, 2008 2:27 PM  
Blogger maime-que said...

Lo > Complètement d'accord.

Blue Jam > Ah ouf, merci !

septembre 20, 2008 3:15 PM  
Anonymous Anonyme said...

Pas évident certes, mais tellement plus réel. Tu as raison, ces foutus paysages d'automne qui aménageront nos proses minables dans quelques temps me donnent déjà envie de vomir.
Je me suis sentie beaucoup moins étrangère, perdue, dans ton Edit. Alléluia!
passionnée

octobre 01, 2008 2:57 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home