jeudi, octobre 02, 2008

Déclaration.

Les marins sont tous morts je n'écris pas pour vous je n'écris pas pour eux les marins sont tombés, par-dessus bord on aurait cru puis les espoirs faut les flinguer une fois pour toutes, les marins sont tous morts ils ne sont pas ceux que vous croyez je ne suis pas celle que tu crois c'est pour faire réplique de film mais je flingue l'avenir à coups de fausses certitudes au moins le risque s'enfuit protégeons-nous mes amis mes amants les marins sont tous morts protégeons-nous des sentiments. Je pourrais vous parler du mec à la voix carrément cassée carrément détruite qui donne envie d'enlacer des garçons aussi détruits que lui presque aussi mauvais mais je n'enlace pas je lasse et je délace, je me la joue cuir et chapeau sur la tête pour, pourquoi d'ailleurs pour rien les marins sont temporairement morts je revois doucement mes idéaux en regardant le ciel depuis mon lit collé à la fenêtre, je réalise à quel point l'on a tort on se trompe parfois, à quel point l'on s'obstine à quel point il est impossible de broyer d'un seul coup toutes ces espérances absolument absurdes, les marins je les ai doucement tués mais je ne les efface pas tu sais c'est un marque-page par navire et rien de plus facile pour faire semblant d'oublier mais pour garder, toujours, c'est l'air de rien, les yeux en l'air la tête en arrière. Les marins sont tous morts de ne pas avoir hurlé assez de douceur de ne pas savoir embrasser l'hiver qui vient nous étirer des sourires infinis, si, crois-moi l'hiver ce sont des sourires les marins je les nargue je prospecte pour de la douceur minimale, minimale dans son implication c'est plutôt du genre fuir les sentiments puis réveiller les morceaux de salauds qu'ils ont foutu par-dessus bord, les marins sont tous morts alors pourquoi au juste continuent-ils à courir de long en large sur mon coeur.

10 Comments:

Blogger Gregory Sey said...

Tu écris pour toi et tu as bien raison.
Et puisqu'on parle de marin, je voudrais te citer ceci:
"Il faut garder en mémoire nos rêves, avec la rigueur du marin qui garde l'oeil rivé sur les étoiles. Ensuite, il faut consacrer chaque heure de sa vie à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour s'en approcher, car rien n'est pire que la résignation."
(Gilbert Sinoué)

octobre 05, 2008 3:17 PM  
Blogger Hurlement Élastique said...

J'aime vraiment beaucoup beaucoup beaucoup; tu joues à tuer à la perfection.

octobre 05, 2008 6:03 PM  
Anonymous Blue Jam said...

Ecrire, pour soi, pour les marins, pour les autres. Peu importe. Mais écrire. Sur le fil, comme tu le fais si bien. Ecrire.

octobre 06, 2008 7:29 PM  
Anonymous Mam'zelle Roüge said...

Quelle belle chute...

octobre 08, 2008 11:03 AM  
Anonymous Lo said...

Tu as dis que les marins étaient morts alors ce jour-là j'ai mis mon collier ancre.

octobre 09, 2008 8:34 PM  
Anonymous Ju_u said...

Comme dirait mon oncle (qui n'est pas un pirate, ni un marin, ni rien) à ma p'tite cousine.

"Hannah, tu fais chier le marin."

Je sais pas ce que ça veut dire, mais ça m'a fait rire, et penser à toi, avec tes cadavres qui flottent, de marins, et de p'tites filles piétinées.

octobre 11, 2008 9:45 PM  
Anonymous Anonyme said...

J'ai toujours pensé que les lecteurs avaient des droits sur les écrivains. Mais au final je n'ai aucun droit sur toi. Je ne peux que saisir le crée, et le non crée n'est que de l'intangible.

Et pourtant ton absence me toucherait à proportion de ce que tes mots ont su me(nous) faire.

Alors alors. Alors la peur est là, la peur de ton absence.

le-locataire-du-3e, bientôt prêt à renménager.

octobre 15, 2008 12:36 PM  
Blogger maime-que said...

Gregory > Pas mal, pas mal. Oh, pas vraiment pour moi je crois, sinon je n'écrirais pas ici mais en secret, c'est sûr.

Hurlement > ça me touche beaucoup, beaucoup, beaucoup. Vraiment.

Blue Jam > Sur le fil et de plus en plus vite, courir.

Mamzelle Rouge > Oh ! Merci !

Lo > j'ai toujours voulu avoir un collier ancre.

Ju_u > J'aime bien la phrase, ouais.

Lelocataire > Tes mots me font plaisir et ne t'en fais pas je suis juste loin d'internet, je passe ici clandestinement et en vitesse depuis la fac, alors je n'ai pas le temps de recopier les mots qui tâchent mon carnet. Un d'ces quatre, pour sûr. En attendant, merci et, file moi un double des clés hein le moment venu!

octobre 16, 2008 4:30 PM  
Anonymous Lo said...

Je l'avais volé à Clair's y'a un petit bout de temps.

octobre 17, 2008 7:40 PM  
Anonymous Anonyme said...

Tu voulais les clefs ?
http://carnetsfroids.joueb.com/

octobre 21, 2008 6:42 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home