samedi, janvier 01, 2011

Soies

J'avais déchiré le tissu l’avais déchiré par endroits déchiré à cause de tout ce tangible qui soudain m’avait encombrée, le carrelage était cent fois plus froid et cent fois moins entaillé que mon cœur ; sous ma robe se débattaient ma peau l’amertume et l’angoisse, rien ne se déchire plus vite que le temps qui passe et qui nous fige malgré tout.

5 Comments:

Blogger Loup, y es-tu ? said...

Si le temps est déchiré alors il n'a plus prise sur nous. Et ainsi. Nous sommes immortels.

janvier 02, 2011 9:05 PM  
Blogger maime-que said...

Immortels et statiques, hum, quelle horreur.

janvier 02, 2011 9:14 PM  
Blogger Loup, y es-tu ? said...

Au fond, nous finirons tous immortels et statiques.

janvier 03, 2011 11:21 AM  
Blogger Gregory Sey said...

Est-ce que le temps qui se déchire se recoud avec les aiguilles d'une montre?

janvier 04, 2011 9:29 PM  
Blogger maime-que said...

Je ne sais pas si cela suffirait, mais ça ne coûte rien d'essayer :)

janvier 04, 2011 9:59 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home