lundi, avril 18, 2011

"La beauté, celle du monde, des êtres et des choses, éveillait toujours en elle une sorte de désarroi où un sens mortel et indigné de l'éphémère, le besoin de faire durer, de perpétuer, se transformaient en une volonté de possession passionnée, à la fois intraitable et désespérée. Elle n'avait jamais pu regarder Armand sans se sentir indignée à l'idée que dans un instant il allait se détourner d'elle, qu'il allait partir, la quitter, que le bonheur violent, absolu, qu'elle éprouvait lorsqu'elle le sentait en elle ne pouvait pas durer, qu'il était essentiellement éphémère et périssable, et que ces instants fugitifs étaient cependant tout ce qu'elle pouvait jamais connaître de l'éternité."

Romain Gary, Lady L.

4 Comments:

Anonymous Ju said...

Elle est belle ta note ! : )

avril 19, 2011 12:05 AM  
Blogger maime-que said...

On n'est jamais mieux servi que par Romain Gary !

avril 23, 2011 7:26 PM  
Blogger Loup, y es-tu ? said...

De Romain Gary, je n'ai lu que "La vie devant soi", il y a une éternité de ça.
Mais j'en garde un merveilleux souvenir.

mai 08, 2011 5:34 PM  
Blogger maime-que said...

Oh, oui, c'est bien aussi !

mai 12, 2011 10:41 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home