jeudi, avril 28, 2011

Quoi qu'il en soit,

je ne suis pas certaine de vouloir assister à la projection grand format de ma médiocrité sur les murs en carton de mon appartement. Alors je ferme les yeux et j'attends patiemment que mon corps cesse de lui-même de se tordre de douleur. Vous verrez il fait plutôt froid mais le panorama est magnifique fin de citation.

2 Comments:

Blogger Loup, y es-tu ? said...

J'ai beau le lire et le relire encore, je le trouve toujours aussi beau et touchant.

mai 08, 2011 10:57 PM  
Blogger maime-que said...

Merci. J'ajouterais désespérant, quand même.

mai 11, 2011 2:14 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home