lundi, mai 23, 2011

Boucles.

Et soudain vient le jour où renaît en moi cette peur si cruelle, celle qui vient s'ajouter aux tourments convulsifs, férocement, inexorablement, celle qui progresse et se dresse contre moi comme pour devancer un instant toutes les autres, comme pour détrôner l'abandon, le temps qui passe et l'indifférence, il y a en moi cette peur terrible qui devient la plus forte, la peur d'être indéfiniment poursuivie par l'insolente exactitude de chacun de mes souvenirs.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home