jeudi, décembre 15, 2011

Lignes

Parfois lorsque mon corps se déchire de toutes parts je pense je m'approche dangereusement de mes limites je pense elles sont là je les sens je sens leur souffle sur mon cou et mon corps se déchire de plus belle, parfois lorsque je vomis la nuit jusqu'au plus profond de mon âme je pense les frontières sont à quelques centimètres de moi l'explosion est imminente et je ne la vois pas. Je ne vois pas mes limites à l’œil nu et je me demande inlassablement si elles existent, je me demande inlassablement si je vais mourir déchirée torturée en lambeaux sans les avoir jamais vues, je me demande combien de temps nous pouvons tenir, elles et moi, en faisant mine de ne pas nous connaître.

6 Comments:

Anonymous Gregory Sey said...

Je n'étais pas venu ici depuis des mois. J'aime, toujours.

janvier 05, 2012 6:42 PM  
Blogger MQ said...

J'aime, qu'on revienne de temps en temps. Merci.

janvier 05, 2012 10:10 PM  
Anonymous Anonyme said...

C'est très agréable de retrouver tes mots, une fois de plus. Une belle année aussi. Passionnée

janvier 06, 2012 1:23 PM  
Blogger MQ said...

Merci :) Une belle année à toi aussi.

janvier 06, 2012 11:52 PM  
Anonymous Anonyme said...

Je n'étais pas venu ici depuis un ou deux ans. Et tes mots me flanquent toujours la même raclée. C'est profond et mélancolique de voir une personne - ou plutôt ce que tu laisses entrevoir de ta personne par ton écriture - sous la marque des années. Toutes mes meilleures pensées pour toi. Quelqu'un dont tu ne te souviendras pas.

janvier 22, 2012 7:44 PM  
Blogger MQ said...

C'est vraiment gentil. (et tu as tort, je me souviens souvent des gens !) Merci beaucoup en tout cas.

janvier 24, 2012 6:02 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home